Droit du divorce : les actualités sur le sujet

Branche du droit privé, le divorce concerne la rupture d’un mariage, qu’il s’agisse d’un mariage religieux ou d’un mariage civil. Malgré des dispositions prises afin de limiter les impacts psychologiques, surtout auprès des enfants du couple en question, à savoir, entre autres, la garde alternée automatisée, il faut avouer que le divorce reste une triste réalité. Si le divorce par consentement mutuel est déjà très avantageux, notamment en étant moins traumatisant, avec la courte durée de la procédure, un coût moins élevé et l’absence de parution au tribunal, il ne cesse de connaître des réformes en vue de le rendre encore plus accessible.

Taux du divorce : un constat alarmant

Dans de nombreux pays, on a pu constater que le nombre de divorces augmente considérablement et qui va même dépasser largement celui du mariage, pour ne mentionner que dans certaines villes, à l’instar de la Normandie. D’après les statistiques, pour la France, on a pu recenser plus de 68000 cas pour l’année 2017. Bien que le taux (19,54 %) est jugé faible par rapport à d’autres pays, il n’en reste pas moins qu’il est inquiétant. Afin de savoir davantage sur la procédure à entreprendre si on souhaite divorcer, on peut contacter un avocat expérimenté sur les sites tels que http://www.trouvervotreavocat.com. En plus des conseils, un avocat sera aussi en mesure de nous assister tout au long de la procédure.

Le divorce par consentement mutuel sans juge

Depuis quelque temps déjà, le divorce par consentement mutuel peut se faire seulement en 15 jours, et ce, sans avoir besoin de l’intervention d’un juge. La procédure se simplifie donc de plus en plus, ou du moins si les deux époux veulent se séparer d’un commun accord. Si auparavant, on devait attendre la décision du juge, désormais une simple signature apposée réalisée avec la présence d’un notaire fait l’affaire. Pour être officiel, le divorce n’a même pas besoin d’un quelconque contrôle. Ainsi, le mariage ne serait-il qu’une simple promesse superficielle qu’on peut rompre à n’importe quel moment ou pour n’importe quelle raison, comme on le ferait pour un contrat commercial ou autre, entre autres ?

Le mariage ne serait-il plus qu’un simple engagement ?
Les réformes au niveau du droit du divorce tentent à faciliter la dissolution d’un mariage, qui est une union destinée à lier deux personnes par le lien de l’amour, dont le contrat n’a pour but que de le renforcer. D’autres formes d’union conjugale se font de plus en plus de place auprès de notre société actuelle, pour ne citer que le concubinage ou l’union libre, à croire qu’on fuit de plus en plus tout ce qui a attrait à l’union officielle. Étant une des plus vieilles traditions au monde, le mariage serait-il en train de perdre toute sa notoriété ou est-ce devenu un caprice de la société contemporaine ? Il n’est pas étonnant qu’on se pose des questions sur le devenir de l’institution matrimoniale.