Tout savoir sur le divorce à l'amiable

Si certains mariages prennent fin avec le temps, certaines solutions juridiques sont mises en place pour que la séparation se passe le plus rapidement possible et dans les meilleures conditions pour les deux partis afin de privilégier l’harmonie et la fin d’une période difficile. Il s’agit du divorce à l’amiable qui est utilisé par plus de 50% des couples qui se séparent.

Quels sont ses avantages ? Quelles en sont ses spécificités et quels sont les risques ?

Divorce à l’amiable : quelle est la durée de la procédure ?

Chaque cas est particulier et la durée varie en fonction des situations ainsi que de leur complexité. Cependant, si le cas est relativement « simple », comme par exemple si les deux partis ne disposent pas de bien communs ou qu’ils sont déjà d’accord sur les points fondamentaux, alors il faut compter une période de trois mois environs, le temps d’organiser les rencontres avec les avocats, d’attendre la convocation au tribunal et de prononcer le divorce.

Si en revanche votre cas est complexe et que les opinions divergent sur certaines spécificités, alors la durée dépendra du temps dont les deux époux auront besoin pour trouver un accord.

Divorce à l’amiable : quelles spécifiés et quels avantages ?

Les avantages qui sont recherchés par les époux désireux de divorcer sont principalement d’ordre financier et de durée : s’ils le souhaitent, les deux partis peuvent solliciter le même avocat, ce qui réduit considérablement les frais.

D’autre part, la procédure est rapide : une seule parution devant le juge suffit à prononcer le divorce à l’amiable car il est basé sur un fondement essentiel : la séparation est motivée par une volonté mutuelle des deux partis.

Quels risques courrez-vous ?

Le principal risque est le prolongement de la procédure dans le cas où le partage des biens se complique : par exemple, la liquidation des dettes, des crédits qui ont été contractés pendant le mariage, ou si un désaccord survient en cours de procédure sur la question du partage des biens immobiliers ou de la garde des enfants.

Une fois que le divorce à l’amiable a été prononcé, il sera acté et difficile de revenir dessus : la moindre modification ultérieure devra faire l’objet d’une nouvelle requête auprès du tribunal, ce qui engendrera des frais d’avocat, du temps et de l’énergie.
Le divorce à l’amiable, oui, à condition que les deux époux se soient fixés un accord bien avant de mettre la procédure en route.

A qui s’adresser pour être accompagné ?

Maintenant que vous connaissez les points clefs principaux à suivre pour un divorce à l’amiable, nous vous conseillons toutefois de vous faire accompagner par un avocat spécialisé comme Maître Vanessa NAKACHE.
Cela vous évitera de mauvaises surprise et surtout cela vous permettra de passer à autre chose sereinement et rapidement…