Comment limiter les frais de son divorce ?

Selon une étude de l’INSEE, on recense 123 537 cas de divorce en 2014. C’est un chiffre qui reste relativement stable depuis quelques années, comparé au nombre de mariages qui lui est en baisse. Aujourd’hui, on estime qu’un couple sur deux finira séparé.

Divorcer par consentement mutuel

D’après les rapports statistiques des instituts de sondages, environ 50 % des procédures sont prononcées par consentement mutuel. L’État a récemment profité de cette tendance pour désengorger les tribunaux en simplifiant les formalités de celui-ci. Toutes les demandes de séparations déposées après le 1er janvier 2017 n’auront pas besoin d’être examinées par le juge aux affaires familiales (JAF). Les époux représentés de leurs avocats respectifs devront rédiger une convention de séparation qui sera actée par un notaire. Le coût du divorce ne comprend donc plus de frais de procédure, mais uniquement ceux relatifs à l’intervention d’un avocat (voir leurs honoraires), ainsi que le prix de l’enregistrement (50 euros).

Bénéficier de l’aide juridictionnelle

Les personnes justifiant de bas salaires peuvent être aidées par l’État pour assumer leurs frais de justice. L’aide juridictionnelle est un dispositif qui va dans ce sens. Elle peut être partielle, lorsque vous justifiez d’un revenu de moins de 1500 euros par mois, ou totale en dessous de 1000 euros. D’après les chiffres, la moitié des personnes qui demandent le divorce bénéficient de cette mesure. Ainsi, obtenir cette aide vous permet d’être assisté au mieux d’un avocat gratuit, ou dans l’autre cas, de recevoir une prestation moins onéreuse.

Opter pour les services d’avocats en ligne

De nombreux cabinets de spécialistes se sont lancés dans la consultation dématérialisée. C’est le cas pour les divorces. Lorsque le client s’inscrit et renseigne les éléments de son dossier, la procédure est plus rapide qu’en consultation. L’avantage de cette prestation est que d’une part, vous n’avez pas à supporter le délai entre les rendez-vous qui peuvent parfois être longs en fonction de l’agenda de votre avocat. D’autre part, les tarifs proposés sont souvent fixes et vous préservent de la mauvaise surprise des frais supplémentaires.