Recouvrement amiable et contentieux : comment ça fonctionne ?

Le bon fonctionnement d’une entreprise dépend de la bonne gestion de sa trésorerie. Toutefois, même une caisse bien gérée peut subir des pertes si les débiteurs ne payent pas leurs dettes en temps et en heure. Cette réalité est tellement fréquente qu’il existe de nombreuses procédures qui couvrent les sociétés.

Comment définir un recouvrement à l’amiable ?

Le recouvrement de créances se caractérise le plus souvent par l’utilisation de tous les moyens légaux réalisés par un créancier afin d’obtenir un paiement de la part d’un débiteur. Un recouvrement amiable est de ce fait un moyen légal proposant au débiteur de payer la somme d’argent de manière plus volontaire. Pour cela, le créancier peut employer différentes manières. Il peut demander la créance par le biais d’un service de recouvrement ou, au pire des cas, faire appel à un huissier de justice. Mais si la demande ne donne aucun résultat, le créancier peut aussi avoir recours à d’autres moyens plus conservatoires ou faire des saisies de bien. Le recouvrement amiable consiste donc avant tout à inciter le mauvais payeur à régulariser sa créance impayée, à mieux comprendre les causes de non-paiement et à identifier clairement les litiges engendrés par les dettes. Les créanciers doivent souvent avoir recours à la relance amiable par le biais de lettres de recouvrement, relances téléphoniques ou bien visites de domicile chez le débiteur.

Procédures de recouvrement à l’amiable

Le recouvrement amiable consiste donc en premier lieu en l’envoi de lettres de relances simples ou en recommandées. Mais le créancier peut aussi avoir recours à un moyen plus simple qui est de téléphoner le débiteur. La procédure de recouvrement à l’amiable consiste à la base à faire appel des moyens qui n’auront aucun rapport avec le tribunal. Pour cela, l’entreprise ou le particulier créancier se doit au préalable de fixer une date pour envoyer une première lettre de relance. Mais pour que la procédure apporte ses fruits, il faut avoir de la fermeté, bien s’organiser et savoir négocier.

Le recouvrement contentieux

La procédure consistant à un recouvrement contentieux est plus axée dans le domaine juridique. Les moyens employés par les créanciers sont donc juridiques. On peut donc parler de saisie de biens comme les mobiliers, immobiliers ou même compte bancaires, etc. Pour un recouvrement contentieux, le créancier aura donc recours à l’appel au tribunal compétent afin d’obtenir une sanction pour le débiteur. En effet, cette procédure est effectuée lorsque la procédure à l’amiable n’a pas apportée de résultats et que les négociations ont échouées. Le créancier se verra donc d’instruire le dossier au tribunal compétent portant sur le sujet.

Le recouvrement contentieux est une procédure encadrée par la loi afin que le créancier puisse recevoir son argent impayé à titre exécutoire. Toutefois, il est à noter qu’aucune procédure ne peut recevoir un titre exécutoire tant que le créancier n’a pas obtenu l’accord d’un huissier. Après cet accord, il y aura une possibilité de réaliser des garanties vis-à-vis du débiteur comme la caution ou l’hypothèque. On peut dire que le recouvrement contentieux est une méthode fiable et efficace mais qui demande plus de temps. Les procédures peuvent donc commencer par des actions assez simples. Pour cela, le créancier aura le droit d’envoyer au mauvais payeur une lettre de mise en demeure dans le cas d’un recouvrement d’un chèque impayé ou celui d’une traite.

Partagez
Tweetez
+1
Partagez